L’EFT

Vous vous posez des questions au sujet de votre enfant :
Il est toujours opposant
Les enseignants vous signalent  son manque de concentration et d’attention
On le dit dysorthographe, dyslexique, dyspraxique, dys…
Il développe un comportement agressif
Il ne mémorise pas ses leçons alors qu’il les apprend
Il n’arrive pas à restituer ses apprentissages scolaires
Il n’a pas confiance en lui
Il se sent nul
Il ne veut plus aller à l’école …

Il y a fort à parier que votre enfant a atteint un tel niveau de stress que cela l’empêche de disposer de toutes les capacités de son cerveau et d’activer ses potentiels.
Vous vous demandez pourquoi ?
Des origines multi-factorielles : la disharmonie au sein de la famille, une alimentation déséquilibrée ou pas assez riche en certains nutriments essentiels, une mauvaise hydratation, des conflits à l’école, des moqueries, une exigence ou une attente excessive des adultes « éducateurs »,  un manque d’activités physiques ou récréatives, trop de télévision ou de jeux vidéo, les pollutions électromagnétiques….  Mais aussi un mauvais accouchement, une césarienne, etc. …
Les blocages peuvent être aussi tout simplement la conséquence des pédagogies d’apprentissage non adaptées aux processus cognitifs de votre enfant.
Qu’est-ce que cela entraîne ?
L’incapacité à gérer le stress et l’incertitude, entraîne des blocages.
Face à l’insécurité, au doute, le cerveau installe un système de protection dit mode de survie  « combat-fuite » .
CELA BLOQUE LA FACULTÉ DE PENSER DONC D’AGIR.
L’enfant met en place un comportement d’évitement ou d’agressivité pour se protéger et échapper à ce stress trop lourd à gérer même s’il n’a pas conscience en tant que tel de son stress  :
On le dit  « paresseux» mais pour lui ou elle, il vaut mieux ne pas faire plutôt que de rater ! ….
Vous connaissez !
Des conséquences à long terme :
L’inconscient enregistre toutes ces expériences négatives.
Ainsi, face à une situation  n’ayant  qu’une infime ressemblance avec celle d’origine, l’enfant
devenu adulte aura des difficultés à adopter un nouveau comportement, mettant en place
automatiquement et instinctivement le mode de survie « combat-fuite ».